Ressources gratuites de Philosophie

Socrate : la philosophie est née

 

Voici une courte biographie de Socrate, et une synthèse de sa pensée. Les deux, comme vous le verrez, sont très liés.

La vie de Socrate : quelques points de repère

Socrate est né à Athènes en 469 av. J.-C. C’est un philosophe de la Grèce antique, né d’un père sculpteur et d’une mère sage-femme. Il a eu une éducation traditionnelle : gymnastique, littérature et musique. Il aurait été très pauvre selon Platon. Certains l’auraient même surnommé « le gueux » ou « le mendiant ».

Vers 435 av. J.-C., il enseigna dans la rue et divers endroits, trainant dans les rues d’Athènes. Il ne créa pas d’école philosophique. Son école, c’était la place publique. Il vivait pauvrement, à peine vêtu et portait rarement des chaussures. Il était très laid, ce qui scandalisait les Athéniens car, pour eux, la beauté physique était le symbole de la beauté morale. Il n’exerçait aucun métier car il enseignait gratuitement. Il parlait avec les gens au grès de ses rencontres en essayant de les rendre plus sages.

En 432 av. J.-C., il servit comme soldat de l’infanterie du Péloponnèse contre Sparte. Il sauva la vie d’Alcibiade durant la bataille de Potidée. C’est lors de ses missions qu’il eut un signe divinatoire. Il entendait une voix intérieure qui lui révélait les actes à ne pas faire. Vers 416 av. J.-C., il épousa Xanthippe qui lui donna un fils prénommé Lamproclès. Il semblerait qu’il ait eut deux autres fils avec Myrtho, qui serait sa seconde femme.

En 406 av. J.-C., Socrate devint le président du Conseil des Cinq Cents (la Boulê). Celui-ci était composé de 500 citoyens élus par tirage au sort parmi les volontaires et renouvelés chaque année. Son rôle était de préparer les débats de l’Assemblée du peuple (Ecclésia) en examinant les propositions de lois faites par les citoyens et en définissant l’ordre du jour des séances de l’Assemblée.

Euclide de Mégare, un des disciples de Socrate, créa le mégarisme, école des petits socratiques. Socrate ne peut enseigner durant plusieurs mois sous la tyrannie des Trente qui était un régime oligarchique composé de trente de nobles athéniens surnommé les « tyrans » et instauré juste après la guerre du Péloponnèse à la suite de laquelle Athènes avait dû renoncer à la démocratie.

On ne sait pas grand-chose des dix dernières années de la vie de Socrate. Deux de ses disciples auraient créé la deuxième et troisième école des petits socratiques : le cynisme et le cyrénaïsme. Socrate n’a jamais écrit de livres. Tout ce que l’on sait de sa personnalité, de sa façon de penser vient des travaux de deux de ses disciples : Platon et l’historien Xénophon.

Le procès de Socrate

Pour comprendre les raisons du procès de Socrate, il faut garder en tête le contexte de l’époque. Athènes est en pleine crise économique. Après avoir perdu la guerre du Péloponnèse, Sparte impose un régime sanglant. Bien que la démocratie fût vite rétablie, il règne un climat de méfiance et de découragement. Le peuple soupçonne les intellectuels, les penseurs d’être à l’origine de la défaite face à Sparte. Socrate servit alors de bouc émissaire et fut accusé de corrompre la jeunesse.

Mélétos, avec l’appui d’Anytos et de Lycon, porta plainte contre Socrate. Il lui reprochait de « corrompre la jeunesse » par son enseignement, de croire en un démon personnel et de nier les dieux. Lors du procès, Socrate ne voulut pas d’avocat et se défendit lui-même avec comme seul argument l’histoire de sa vie. Ce ne fût pas du goût des centaines de jurés présent au jugement. Il eût 281 voix contre lui et seulement 221 voix en sa faveur. Dans le deuxième temps du jugement, chaque partie proposa une peine. Socrate demanda à payer une amende. Son argument fût qu’il devait être hébergé et nourrit au Prytanée, jusqu’à la fin de sa vie, en insistant sur le fait qu’il était pauvre. Les juges prenant son discours (l’Apologie) pour de l’arrogance, le condamnèrent à mort.

Enfermé en prison, Socrate n’a pas été exécuté immédiatement. Il passa 30 jours en prison. D’après le Criton de Platon, il profita de ce séjour en prison pour dialoguer avec ses amis. Le jour de son exécution, il consacre ses derniers instants à dialoguer sur l’immortalité de l’âme. Ces propos seront rapportés dans le dialogue du Phédon de Platon.

Socrate mourut en 399 av. J.-C., après avoir été condamné à boire la ciguë, qui est une plante mortelle.Ce procès fût connu par le témoignage de Platon et de Xénophon car Socrate, lui, n’a jamais rien écrit. Il faut donc rester prudent et ce n’est peut-être pas un témoignage d’une grande objectivité. Platon a sans doute voulu réhabiliter son maître.

Socrate : fondateur de la philosophie

Socrate est considéré comme le père de la philosophie grecque. Il va contredire les sophistes qui pensent que la sagesse est une accumulation de connaissances. Pour Socrate, la sagesse n’est pas un savoir mais un savoir-vivre et un art du bonheur.

La doctrine de Socrate est que la justice est la vertu principale de l’accomplissement personnel de l’homme. L’homme est composé d’une âme et d’un corps. Le corps a-t-il plus de valeur que l’âme ou l’âme a-t-elle plus de valeur que le corps ? Pour Socrate, l’âme est supérieure au corps. Selon lui, l’âme représente l’amour, la raison, la conscience et par conséquent, le bonheur. D’après Socrate, l’âme permet de vivre en accord avec soi-même et donc, par la force des choses, d’être heureux. Vivre en accord avec son âme et en prendre soin, c’est vivre selon la justice, vertu morale suprême selon Socrate.

Les citations de Socrate :

  • « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien » est une réponse aux sophistes. La sagesse est d’accepter que l’on est rien. Le savoir ne mène à rien et donc pas à la sagesse.
  • « Connais-toi toi-même » : cette citation fait référence au fait qu’il est plus important de se connaitre soi-même plutôt que d’avoir des connaissances. Elle fait aussi allusion à la maïeutique, qui est la manière d’enseigner de Socrate. Les réponses aux questions que chacun de nous se posent, se trouvent au plus profond de nous.
  • « Philosopher, c’est apprendre à mourir ». Selon Socrate, mourir, c’est séparer le corps de l’âme. En se détachant du corps, l’âme débutera son parcours ascendant vers l’absolu qu’il contemple. Philosopher est donc une façon de se préparer à l’éternité.

Socrate a eu une immense influence sur la philosophie. Platon diffusa la pensée de Socrate à travers ses écrits. Il fût marqué par la mort de son maître.

Le scepticisme, l’épicurisme et le stoïcisme sont les écoles de sagesse les plus connues qui prirent comme point de départ la pensée de Socrate et de Platon.

Profitez dès maintenant de notre livre pour la rentrée : amazon